mercredi 24 mai 2017

La distribution non homogène de matière remplace-t-elle l'énergie sombre? En fait, c'est le Big Bang lui-même qu'elle remet en cause.

L’énergie sombre est-elle une illusion ? | Pour la Science

Certains chercheurs voudraient simplement trouver une explication à l'énergie sombre énigmatique. Cet énergie qui ne cadre pas avec la physique fondamentale connue (il est important de bien le souligner car c'est une affirmation que personne ne conteste) et qui ferait en sorte que l'expansion de l'univers s'accélérerait avec le temps. Avec leurs calculs, ces chercheurs en arrivent  à la conclusion que la distribution non homogène de matière dans l'univers à une certaine échelle ferait varier la vitesse d'expansion de l'univers dans les régions inhomogènes.

Mais attendez... la distribution homogène de matière n'est-elle pas un postulat à la base même de la théorie de l'expansion de l'univers? Sans cette hypothèse appliquée à la théorie de la relativité générale, on ne peut plus obtenir une relation directe entre la distance des étoiles et le décalage vers le rouge de la lumière qu'elles émettent et on ne peut plus affirmer que plus les étoiles sont éloignées et plus leur vitesse d'éloignement de nous est élevée.

Il est vrai cependant que l'homogénéité de l'univers à très grande échelle n'est pas remise en cause par ces chercheurs. On nous dit toujours qu'à la plus grande échelle, l'approximation que l'univers est homogène est valable selon les calculs effectués. Mais le diable est ici dans les détails. Pour qui prend le temps et la peine d'aller analyser les articles scientifiques détaillés qui traitent de cette question, on se rend compte que l'hypothèse de l'homogénéité de l'univers est incluse implicitement à un certain niveau des calculs de distance des étoiles et des structures de l'univers. La façon de mesurer les distances doit nécessairement faire une hypothèse quant à la structuration de l'univers et l'hypothèse retenue au niveau effectif est celle de l'homogénéité à grande échelle!

L'hypothèse de l'expansion de l'univers, révolutionnaire à ses débuts et permettant de tracer un portrait de l'univers conforme aux données expérimentales, est devenue un dogme qui suscite des problèmes insurmontables de conformité et de cohérence des données. Depuis des décennies, on cherche à expliquer les concepts d'astrophysique de matière noire et d'énergie noire en fonction des expériences en physique fondamentale, et on n'y arrive pas. Il serait peut-être temps de cesser de dire que la théorie du Big Bang est la théorie qui explique le mieux notre univers. Il serait peut-être temps d'ouvrir grand la porte à d'autres hypothèses.

jeudi 20 octobre 2016

samedi 6 août 2016

Des avancées technologiques continues côtoient le développement de visions confuses de la réalité

Ces derniers 6 mois, je n'ai publié aucune nouvelle dans ce blogue. La raison en est bien simple: rien ne m'inspire dans l'actualité scientifique. Les annonces à sensation sur la découverte de nombreuses nouvelles planètes, sur la confirmation expérimentale des schémas théoriques de calculs mathématiques complexes de collisions de particules au CERN, sur les nouveaux traitements médicaux qui sont toujours supposément miraculeux mais à un stade primaire de recherche, sur les multiples spéculations grandioses et supposément inattaquables à propos des trous noirs, de la matière noire et de l'énergie noire malgré leur nature toujours aussi mystérieuse ont le don pour moi de peinturer en noir, c'est le cas de le dire, le tableau de la science moderne récente.

mardi 23 février 2016

Le modèle scientifique du Big Bang repose sur des prémisses hypothétiques qui ne sont pas prouvées

Dans les médias scientifiques et populaires, la théorie du Big Bang est présentée comme étant une quasi-certitude scientifique. C'est une déformation partisane originant de la promotion sans nuances de leur modèle de la part des cosmologistes qui l'ont élaboré. Voici en ce sens le commentaire que j'ai transmis à l'astrophysicien auteur de l'article suivant Ask Ethan: What Makes A Theory A Scientific One?, article qui ne fait pas de distinction entre les équations scientifiques prouvées expérimentalement et les modèles plus spéculatifs qui les contiennent (la traduction est plus bas):

jeudi 11 février 2016

A global climate phenomenon: the expanding Hadley cells

The following article The mystery of the expanding tropics | Nature presents the recent expansion of Hadley cells. Global changes in the atmospheric system are worth noting. I am wondering if it has anything to do with the changing axial tilt of the earth. It seems to me another straightforward factor to consider.

lundi 25 janvier 2016

Violation of Bell's inequalities in a classical model with no action at a distance: it shows the limited usefulness of Bell's theorem

All physicists and philosophers interested by the quantum reality should read the paper «A classical model of EPR experiment with quantum mechanical correlations and Bell inequalities» published in Physics Letters A in 1984. It clearly shows the shortcomings and the arbitrary nature of the operational definition of locality given by Bell.

mardi 1 décembre 2015

Quelques traits scientifiques et technologiques marquants de 2015

Voici ce qui me semble le plus prometteur du monde scientifique de 2015 (il est à noter que chaque titre est un lien vers un article que j'ai publié en 2015).

1- Une nouvelle technologie efficace pour découvrir des antibiotiques

Dans un monde où la résistance aux antibiotiques devient un sujet majeur de préoccupation, c'est là une nouvelle qui suscite de l'espoir.

Partagez